top of page

En costumière

Dernière mise à jour : 28 juil. 2023

Tableau 1


Les personnages marchent sur le plateau. Ils cherchent une sortie.


MARIE, débraillée, avec des lunettes, des feuilles de papier gribouillées, d'autres blanches, un crayon à la main :
C'est dans ma tête que ça se passe ̶ ces mots on me les dit souvent ̶ ça se passe dans ta tête.
Ils sont là à me regarder et réclamer encore un peu plus d'être là
à demander et vouloir savoir comment parler
quoi dire et quels gestes
où va-t-on
d'où on vient
qu'est-ce qu'il y a ici
pourquoi moi
pourquoi toi
qu'est-ce qu'on vit
est-ce qu'on vit ?...
certains assis
d'autres debout
certains qui dansent ou qui chantent avec leur tête inclinée ou en arrière leur tendance à s'étirer comme pour avoir plus d'espace ou à déborder grossir enfler jusqu'à ce que je n'aie plus d'autre choix que de les regarder de les voir et de sonder leur regard flou pour y chercher des réponses.
Pour leur donner leurs propres réponses à leurs propres questions.
J'assemble entre elles des tranches de vie comme des morceaux d'étoffe que je recueille au hasard des dialogues et des rencontres et je les habille avec ça.
Parfois ils m'en veulent, je sens bien qu'ils m'en veulent ou que ça les fait rire mais pas comme s'ils trouvaient ça drôle.
Pâles et froids ils vont et viennent dans ma tête en cercle en spirale en diagonale en riant en criant chantant pleurant jusqu'à ce que ça cède jusqu'à ce que les murs s'écroulent et jusqu'à ce que je m'installe bien droite et attentive devant ce personnage mal fagoté et que je commence à tisser. A tisser mieux que ça, recoudre les accrocs, ajouter les manches, redessiner la silhouette en lui parlant de lui pour qu'il sache, le personnage, qui il est.
C'est avec son visage qu'on découvre le vêtement. Avec sa voix aussi, si on l'écoute avec attention mais alors, il faut que les autres se taisent pour qu'on puisse se concentrer sur celui-là, il faut que les autres cessent d'être là et d'attendre. [Elle fusille les autres du regard, qui s'écartent, mécontents. Un temps. Regard sur Anna.]
Elle, par exemple. Elle s'approche et je la regarde. Elle a déjà une manière toute à elle de bouger et d'attendre, elle écoute comme aucun autre personnage n'écoute, sa voix froisse l'air comme aucune autre voix. Si je me concentre sur elle jusqu'à m'oublier tout à fait, je vais finir par savoir exactement de quelles étoffes son vêtement sera fait et quelle forme lui donner, quels accessoires.
Et c'est seulement quand elle sera prête qu'elle sortira.
Elle nous guidera loin dans sa vie que même moi je ne connais pas, que je découvre avec vous. Il faut l'écouter. Elle parle toute seule, ce n'est pas moi qui parle. C'est le personnage.


Extrait de La Mécanique des fluides.

18 vues

Comments


bottom of page