top of page

Perle et coquillage

Dernière mise à jour : 25 nov. 2023


Là, le couloir entre deux murs de craie,
il est de plus en plus étroit, mais ça ne fait pas peur
ce couloir qui se referme sur nous
ça ne fait pas du tout peur parce qu’il donne
pleine vue sur le ciel
à peine on voit le sable dont la griseur se fond dans celle des nuées
à peine on voit la mer entre deux
comme une fine ligne presque blanche,
bordée de noir.

Le sable épais dans nos mains qui oublient le froid
dont la peau craquelée se resserre et s’étire.
Il y a un coquillage immense dans nos mains
ses parois sont si fines qu’on le dirait
frileux.

Le vent crie
il est particulièrement fébrile
sauvage
et libre aujourd’hui
le voilà qui soulève la pluie
qui la promène au-dessus de la terre et lui laisse
à peine le temps de se poser
de fureur il s’époumone et la pluie s’empresse de disparaître
quelque part dans l’air froid
là où on ne la verra pas.

Le soleil est blanc sous les nuages qui sont gris perle
et la terre est comme ça
une grosse perle irrégulière et bosselée dans l’univers
avec ses nuages nacrés
ses longues traînées de sable gris et
noir et d’or fin, et la mer
turquoise et calme d’un bleu délavé ou profond
bleu des rois jusqu’au noir, par endroits,
et le vert pâle des forêts boréales aussi,
celui lumineux des prairies
et l'autre,
profond et vibrant dans le soleil et la pluie.

Depuis la plage on voit tout ça.
21 vues

Comments


bottom of page